Soninké Diané, Acteur du Développement : «Le double langage du gouvernement … »

24

Ce lundi 31 mai 2021, la Rédaction de Farafinainfo.com a fait réagir l’un de ses chroniqueurs, Soninké Diané, Acteur du Développement de son état, aux faits marquants de l’actualité de la semaine écoulée en République de Guinée et dans la sous-région – Actu de la Semaine en 3 Questions- Entretien …

Le Gouvernement annonce l’augmentation du prix du carburant. Des ministres de la République défendent bec et ongles cette annonce. Quant à certains opposants du régime Condé, ils – (Dr. Ousmane Kaba, Cellou Dalein Diallo et les leaders du Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC) s’évertuent à démonter l’argumentaire des autorités publiques et à démontrer, preuves à l’appui, que l’Etat guinéen n’a jamais subventionné le carburant. Quelle lecture faites-vous des arguments des uns et des autres ?

Les réalités économiques vont de paire avec un corollaire de faits qu’il faille expliciter avec discernement et pragmatisme. C’est pourquoi la gouvernance économique doit être un impératif dans la gestion gouvernementale. L’État n’arrive toujours pas à inverser la tendance dominante de notre structure économique, la dépendance persistante à l’importation. Du coup, les chocs exogènes sont difficiles à amortir. Le double langage du gouvernement accompagné d’arguments légers des ministres, relèvent d’un manque de réponse appropriée face à cette nouvelle augmentation du prix du pétrole. Qu’ils arrêtent d’afficher les prix des pays de l’UEMOA (Union Economique Monétaire Ouest Africain), nos structures économiques sont différentes, le PIB (Produits intérieur brut) aussi… Cette augmentation est-elle évitable ? Non puisque notre pays n’en est pas producteur. Mais l’Etat, à travers une politique d’envergure, peut favoriser l’amélioration du pouvoir d’achat, créer un environnement propice aux Investissements directs à l’étranger (IDE), réduire drastiquement le train de vie l’Etat, booster les secteurs vitaux de notre économie. Surtout, il faut aussi tenir compte des épreuves difficiles des restrictions dues au Covid-19, qui ont impacté négativement l’Etat et les ménages sans compter les différentes élections. Les citoyens sont épuisés !  Est-ce opportun cette augmentation (annoncée) ?

Lisez les preuves de Cellou Dalein Diallo, principal opposant du régime du Président Alpha Condé 

Macky Sall, Président de la République du Sénégal, vient de s’offrir un nouvel avion à 57 milliards 447 millions 235 mille 256 Francs. CFA soit 107 millions de dollars. Un prix, qui fait couler beaucoup d’encre dans la presse sénégalaise et de salive chez nombreux  sénégalais. Quant à nous, nous faisons partie de ceux et celles, qui disent que le confort du premier citoyen d’un pays n’a pas de prix. Qu’en pensez-vous ?

Tout est question de finalité et d’objectivité dans une gouvernance. Le pragmatisme manque très souvent aux dirigeants africains malheureusement. Il y’a lieu de mobiliser les recettes afin de drainer des investissements productifs et non le contraire. L’Afrique a plutôt besoin de ce pragmatisme, l’exemple porte sur les cas du l’ancien président tanzanien décédé récemment et l’Ethiopie. Il faut préciser que chaque régime a ses faibles et acquis, l’essentiel c’est pouvoir satisfaire la demande sociale qui est pressente, et une exigence pour la stabilité de nos pays en ces périodes difficiles. Il faut une certaine commodité pour l’élégance de la fonction présidentielle selon les réalités de chaque pays.

 Le Ghana abrité un sommet de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) sur la crise malienne. Qu’est-ce qu’on peut attendre de ce sommet oust-africain ?

Cet autre sommet sera un simple balai de plus des présidents. Le cas tchadien fera toujours tache d’huile, il ne doit pas avoir d’exception dans la gestion des crises, sinon pourquoi nous créons les Institutions, si les textes régissent, son fonctionnement, ne sont pas appliquées ? Que les présidents sortent de ce cycle de recommencement éternel, nous ne sommes des disciples de Sisyphe.

Cependant le sursaut africain doit se ressentir en accompagnant le Mali dans la dignité, car le peuple Malien est un peuple digne et debout, surtout tenir compte du principe de la réalité pour faciliter la gestion de la paix qui dépend de la qualité de la gestion de transition que nous devrons tous accompagner. Enfin défendre le Mali, c’est défendre l’Afrique

 Rédaction de Farafinainfo.com

 

 

 

Facebook Comments
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.