Après la loi Aziz «pénalisant la discrimination et le discours de haine », la loi Ghazouani pour museler l’opinion 

6

Le pouvoir fantomatique de Ghazouani faute de programme et de réalisation est désormais réduit à museler le peuple. Il vient de rendre public des lois d’exception sous le coup de la peur.

Ces lois liberticides qui visent à museler la parole discordante sont prises en période de mécontentement généralisé du peuple. Mais il devra savoir que des lois liberticides, si elles ont réussi dans la durée avec le sinistre colonel Taya, ne prendront qu’un temps pour lui. Le contexte a changé : nous vivons l’ère des réseaux sociaux.

Si le projet Mauritanie est un échec, la responsabilité incombe clairement et objectivement aux différents régimes qui se sont succédé. Tous se sont appuyés sur une communauté au détriment du vivre ensemble. Les actes que pose Ghazouani parachèvent les exclusions de l’autre composante, noire. Il est tenu par les extrémistes panarabistes qui sont obsédés par l’unité et la grandeur arabe. Ils pratiquent l’hégémonie, l’extinction des autres est leur but ultime.

Face à cette situation grave et avec des armes dérisoires, même les dénonciations dans la presse et dans les réseaux sociaux lui paraissent de trop, il veut museler nos voix.

Monsieur le président, votre prédécesseur et ancien ami de quarante ans devenu votre ennemi, avait lui aussi sa loi pénalisant la discrimination, les discours qui portent atteinte à l’unité nationale…. Il avait même organisé une marche et menacé tout ce qui menace son pouvoir. Il vous faut votre loi pour nous divertir alors que vous êtes attendu sur la résolution de la lancinante question de cohabitation, le génocide, la misère, l’extrême pauvreté, l’esclavage, les crimes économiques….

Mariame Kane

 

Facebook Comments
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.