Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

DÉBAT : L’Afrique a-t-elle besoin d’une nouvelle génération politique ou d’une nouvelle mentalité progressiste ? (Par Siaka Barry)

Le débat sur le renouvellement générationnel fait rage en Afrique où la fossilisation de l’élite politique et économique crée de plus en plus un contexte de gérontocratie.

Toutefois, s’il faut s’inquiéter du vieillissement de la sphère décisionnelle en Afrique, il faudrait aussi se méfier de cette euphorie « révolutionnaire » ambiante qui veut nous faire basculer brutalement dans un « jeunisme politique » insensé sans en mesurer tous les contours.

Le renouvellement générationnel n’aura aucune vertu en Afrique, tant qu’il ne sera pas accompagné d’un changement de paradigme induit par une nouvelle mentalité de progrès qui tranche avec les mauvaises pratiques du passé.

La jeunesse n’étant pas seulement liée à l’âge, mais aussi et surtout à un état d’esprit, rien ne sert d’enterrer hâtivement nos « anciens » si sur leurs tombes toutes fraîches, pousseront comme une « génération spontanée », des « jeunes » plus corrompus et moins vertueux.

Certes l’Afrique doit tirer profit de son dividende démographique vu aujourd’hui comme un avantage, mais elle ne le réussira qu’avec une jeunesse active plus éduquée et mieux formée.

Pour le moment les défis du renouvellement générationnel sont énormes, avec une Afrique qui compte à elle seule la moitié des 59 millions d’enfants non scolarisés au monde pour un taux d’achèvement du primaire dépassant à peine 60% (comparé aux 92% de l’Asie).

Ce manque criard de formation de la jeunesse africaine crée chez elle une mentalité de complexé et un destin « d’éternel assisté ».

L’impérialisme moderne, sous le costume trompeur de « mondialisation » continuera longtemps à profiter de cette situation pour enfoncer l’Afrique dans la misère et la dépendance économique, à travers une exploitation effrénée de nos ressources naturelles.

Au finish, et avec la complicité de ses propres élites corrompues, l’Afrique ne récoltera que la fameuse aide publique au développement (APD) là où elle devrait plutôt miser sur une vaste attraction des IDE (investissements directs étrangers) pour un développement durable.

Or le camarade feu Président Ahmed Sékou Touré nous l’enseignait jadis : « Toute aide qui ne nous aide pas à nous passer de l’aide n’est pas une aide sincère… »

Avis aux jeunes leaders africains !!!

Bon week-end à tous !

Par Siaka Barry, Président du MPDG (Mouvement Populaire Démocratique de Guinée)

 

N’hésitez pas à nous contacter pour la couverture médiatique de vos activités en Guinée et pour vos annonces publicitaires

Siège social : Conakry, République de Guinée

WhatsApp & Tél : +224 620 59 39 89 / Email : farafinainfo2020@gmail.com