Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Guinée : Clin d’œil sur l’interdiction systématique des manifestations et le sommet annoncé des chefs d’Etat de la CEDEAO (Par Dorah A. Koïta)

 (résumé de mon intervention dans l’émission Mirador) :

Sur l’interdiction systématique des manifestations :

Il n’est secret pour personne que notre pays est partie au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, à la Charte Africaine des droits de l’Homme et des peuples qui garantissent tous le droit de manifestation. Il est également constant que les communiqués n°12 et n°15 du CNRD violent manifestement les dispositions pertinentes de l’article 8 de la charte de la Transition. Pourtant, aucune raison ne peut et ne doit motiver l’interdiction systématique des manifestations et les Autorités doivent œuvrer à garantir l’exercice de ce droit conformément aux engagements et obligations internationals.

Sur le sommet extraordinaire des chefs d’état de la CEDEAO :

Le sommet extraordinaire des chefs d’état prévu le samedi prochain 04 juin 2022 sera consacré à la situation au Mali, Burkina et notre pays la Guinée.

Les observateurs s’accordent sur la nécessité de ce sommet mais le plus important à mon sens sera sa capacité à prendre des mesures appropriées pour recadrer ces différentes transitions afin de faciliter leur accompagnement et garantir ainsi leur réussite.

Ne l’oublions surtout pas, la CEDEAO est à la croisée des chemins et elle a intérêt à trouver des réponses cohérentes et efficaces face à l’intervention des armées dans les processus politiques.

Rappelons que le principe de tolérance zéro de la CEDEAO pour l’accession au pouvoir par des moyens inconstitutionnels s’applique à la Guinée conformément aux dispositions du Protocole Additionnel de 2001 de l’institution relatif à la démocratie et la Bonne Gouvernance.

Et les positions déjà exprimées par l’Union Africaine et les Nations Unies indiquent qu’elles emboiteront le pas de la CEDEAO, tout comme les autres institutions, les pays amis, les partenaires et soutiens de la Guinée.

Le retour à l’ordre constitutionnel, requis par la CEDEAO, l’Union Africaine, les Nations Unies et la Communauté Internationale, doit être traité comme étant l’objectif principal et incontournable de la Transition. C’est d’ailleurs la boussole de la Transition à mon sens.

Je suis de ceux-là qui pensent qu’il y a urgence de recadrer et de recentrer le contenu de la Transition tout en gardant à l’esprit qu’il n’y a pas de temps pour l’apprentissage ni de place pour l’amateurisme.

Si cela est entendu, un certain nombre de dispositions doivent être prises pour accompagner le déroulement de la période de la Transition afin d’atteindre les résultats escomptés, au nombre desquels :

– Le bannissement de l’exclusion et du mensonge dans la gouvernance, d’autant plus que ces deux attitudes ne permettent pas la construction de l’unité nationale, la cohésion sociale e le vivre ensemble. Elles alimentent les divisions, les frustrations et la haine dans la société.

– L’élimination des élans de populisme et de démagogie à travers les actions d’éclats et ponctuels qui ne produisent pas en réalité d’impacts positifs pour la nation.

– La garantie du soutien et de l’appui des partenaires de la Guinée à travers le monde. Ce qui passe nécessairement par l’adoption d’un langage bien soigné et surtout pas provocateur à l’endroit des amis de la communauté internationale pour ainsi éviter de tomber dans des sanctions car notre pays ne peut pas vivre dans l’isolement. Le nationalisme aveugle et populiste doit céder la place à l’objectivité et à la responsabilité pour ne pas se retrouver sur la mauvaise page de l’histoire.

Si le CNRD et le gouvernement n’ont pas les moyens de leur politique, ils doivent se résoudre à faire la politique de leurs moyens, en procédant avec humilité au recadrage et au recentrage de la Transition autour de l’organisation des élections dans un délai raisonnable.

Ce faisant, on évite d’échouer sur toute la ligne et ainsi décevoir le peuple.

La Guinée nous appartient tous. Il n’y a pas un seul guinéen qui vaille encore qu’un autre. Seulement, nous nous complétons dans nos différences. Alors écoutons-nous, discutons et construisons ce beau pays dans le respect mutuel.

Mes vœux de succès vont au CNRD même si la démarche rassure de moins en moins à ce stade.

En attendant: prudence, vigilance et exigence pour une transition à la hauteur de nos attentes légitimes !

 Dorah Aboubacar KOITA