Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Guinée : CPP vole en éclats pour donner FPP, Aliou Bah donne les raisons …

Conakry, le 19 janvier 2022, Aliou Bah, président du MoDel (Mouvement Démocratique Libéral), était l’invité de l’émission des Grandes Gueules de nos confrères d’Espace TV au lendemain du lancement du FPP (Forum des Partis Politiques) né de la fissure du CPP (Collectif des Partis Politiques) pour une histoire de désignation d’El Hadj Mamadou Cellou Dalein Diallo comme son porte-parole.

Aliou Bah balaie d’un revers l’insinuation mensongère, qui laisse croire que le FNDC (Front National pour la Défense de la Constitution) politique serait à l’origine de la création du FPP en ces termes : «Pas vraiment ! Juste qu’il y a eu des initiatives il y a quelques mois pour faire en sorte que la classe politique se réorganise afin de tenir compte du contexte nouveau, qui devrait nous permettre de jouer notre partition en tant qu’acteurs politiques en apportant notre contribution en termes d’idées, de conseils et de propositions sur l’ensemble des étapes de la transition»

 Les difficultés de la création du CPP, à ne pas confondre …

Poursuivant son argumentaire, il a égrené le chapelet des différentes difficultés rencontrées pour la création du CPP : «Ce qui n’a été facile au départ. Moi, je vais partie de ceux qui ont directement travaillé avec Dr. Ousmane Doré (président du MND, Mouvement National pour le Développement, ndr) à rédiger les notes conceptuelles, qui ont aidé quand même à réorganiser et à rassembler, ce n’était pas tout le monde, mais pour qu’on ait un noyau, qui a débouché à la création de cette plateforme, qui est le Collectif des partis politiques (CPP). A ne pas confondre avec une coalition ou une alternance ! Parce que  par principe, nous nous sommes dits que la classe politique dans l’ensemble ne peut pas avoir une structure représentative. Parce que la classe politique, vous conviendrez avec moi, par essence, est faite de contradictions. On ne peut pas revendiquer une structure, qui parlerait au nom de la classe politique, ça n’a aucun sens et ça ne peut avoir de la crédibilité. Mais il y a une nécessité de créer un cadre où chacun de nous pouvait venir discuter des questions ponctuelles, c’est-à-dire en rapport avec la transition, harmoniser nos points de vue  sur un ensemble  de sujets telle que la question constitutionnelle, la question du chronogramme et de la durée de la transition… Puisque ce sont des questions circonstancielles, ce ne sont pas des questions permanentes. Donc le CPP a été créé à cette initiative-là. Malheureusement à l’évolution des choses, on s’est rendu compte que certains ont souhaité qu’il y ait une structuration. Moi, je fais partie, ils peuvent tous le témoigner ! Dès les premières heures à dire attention ! Il ne faudrait pas que nous fassions autant d’efforts pour rassembler et que nous créions des occasions pour diviser. Parce que dès lors qu’on va commencer à parler de structuration, vous savez comment fonctionner notre pays, les gens vont ramener à la question d’égo, à la question de  suprématie, à la question de supériorité de tel et de tel etc. Puisque ce sont des questions potentiellement conflictuelles, il faudrait qu’on les mette à l’écart. A chaque fois, on va se réunir, on va traiter les sujets qui sont inscrits à l’ordre du jour. Et bien entendu à l’issue de la réunion, on désigne quelqu’un d’entre nous pour faire simplement un compte-rendu de presse et on avance. C’était l’idée qu’on a défendue. Moi, je fais partie de ceux qui l’ont défendue sur toute la ligne. Et d’autres également. Mais au bout, vous vous êtes rendu-compte que certains ont souhaité cette structuration. D’autres ne l’ont pas souhaité. Ainsi cette histoire de porte-parolat est venue. Les problèmes d’égo ont réapparu, les communications ratées sont venues. Alors tout ça a créé  une sorte de cafouillage, une sorte de cacophonie, qui fait perdre aux populations la confiance qui était en train de renaître. Nous nous sommes convenus puisque les uns et les autres ne peuvent pas s’accorder sur des choses essentielles, mais qui sont quand même basiques, il ne faudrait pas qu’on se mette à se tirailler entre nous. Il faut plutôt créer des plateformes, qui peuvent rassembler ceux qui peuvent comprendre les choses à près de la même manière afin que chacun de nous travaille sur des questions de fond et qu’on essaie après de les harmoniser. C’est pourquoi on a créé ce forum. Encore une fois, ce n’est qu’un forum…. »

Hadja Fanta Touré