Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Guinée : Djani Alfa, s’il te plait, redevient l’artiste du Peuple !

Dieu merci, je suis très heureux d’apprendre la fin des menaces de poursuite contre toi!

Le contraire de l’amour, ce n’est pas la haine mais plutôt  l’indifférence !

Les guinéens surtout les jeunes, doivent se parler. Sur ce, j’invite à la retenue, l’artiste Djani Alpha, pourtant très cultivé, un excellent poète et qui manie les mots du vocabulaire français avec une telle aisance, que je me suis pris d’amour pour lui, lors de son passage dans l’émission culte de la chaine TV française d’info en continu : France 24, dans son émission culturelle : « Légendes Urbaines »!

Forcément sa musique l’exige de promener le miroir pour dénoncer ce qu’exhale notre société comme puanteur. C’est une musique urbaine et aussi « rebelle » parce que engagée du côté des sans voix. Rebelle pas pour inciter à prendre les armes et foutre le bordel, mais œuvrer comme le reggae pour éveiller les consciences populaires et interpeller les autorités à tous les niveaux dans ce qu’elles traînent comme tares (aucune œuvre humaine n’étant parfaite ).

Si je le connaissais, je lui aurais conseillé de se mettre au-dessus de ce qui apparaît désormais comme une autre bataille rangée : CNRD – FNDC. Il est irréfutable qu’au regard et à l’analyse de la situation actuelle,  nous sommes indéniablement en face de heurts entre des intérêts catégoriels. Le FNDC ayant même accepté une branche politique déclinée en coalition de partis politiques. Il doit rester intimement lié ou être indissociable du peuple dont il reste un des dignes hérauts. Dans cette lutte fratricide qui pointe  bientôt à l’horizon, le pauvre peuple sera pris en tenaille ou sandwichs, et il (peuple) aura besoin des voix comme la sienne. Il (Djani) est plus grand ou gros (comme l’a dit l’autre) pour ce petit manteau étriqué d’activiste au compte d’une mouvance dont la légitimité est frappée de caducité en fonction des nouveaux enjeux et défis du contexte actuel du pays. D’ailleurs où on veut l’amener sans raison valable à porter éternellement, l’étendard (drapeau)!

La Guinée a besoin de lui, et, je tiens de lui, au cours même de son interview sur le plateau de France 24, la rigueur d’une mère qui a voulu qu’il soit parmi les meilleurs. Le peuple de Guinée est divisé ! Qu’il joue sa partition pour le rassembler.

On sera tous fiers de le voir, faire triompher ou flotter, le Rouge – Jaune – Vert au Bataclan. Ce site culturel devenu un sanctuaire pour la résilience du « monde civilisé » vis-à-vis des « barbares du XXIÈME siècle » réunis sous le faux label de DJIHADISTES. Le Bataclan dis-je, est un des sites  symboliques où avec bestialité mais trivialité, l’absurdité de certains combats et chocs des cultures entre les civilisations occidentales et orientales se sont malencontreusement violemment heurtées !

Pour revenir à l’actualité, mes sincères compliments et tout le mérite revient à cet autre jeune frère, artiste-comédien  Mamadou « Thug » que je salue et félicite pour ses bons offices. Mes profondes gratitudes  à Docteur Dansa Kourouma,  mon jeune frère chéri, de Président du CNT. Il ( Dr Dansa) doit désormais garder à l’esprit que quand on est devant, il est naturel et normal de prendre les pires coups souvent de dos au moment où tu t’entends le moins, mais aussi, la mansuétude et la grandeur d’âme, si caractéristique des grands hommes de leur époque, les invite au pardon. Et, c’est ce qu’il vient de faire pour éviter à Dame Thémis (généralement sans cœur) de rabattre son glaive qui nous surplombe tous, comme l’épée de Damoclès au-dessus de nos têtes  pour assurer un ordre si cher à la loi qui reste erga omnes !

Enfin, à l’instar des autres concitoyens, je lance à mon tour, un appel à la mobilisation générale de nos compatriotes vivant en France et pourquoi pas en Europe? à venir massivement,  soutenir ce jeune pétri de talents, le 16 juillet 2022, au Bataclan!

Souleymane Doumbouya, Citoyen lambda