Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits
grouspscolaire

Guinée : Dr. Ousmane Kaba contre tous, sauf Doumbouya !

Depuis le dimanche 5 septembre 2021, Dr. Ousmane Kaba, président du PADES (Parti des Démocrates pour l’Espoir), s’est bien taillé un rôle de professeur qu’il l’affectionne tant en distribuant des mauvaises et bonnes notes à ses frères leaders politiques. Visiblement, il est tout seul contre tous.

L’ancien Ministre de l’Economie et des Finances fait partie des rares leaders politiques, qui ont vraiment du mal à passer à l’autre depuis le renversant du régime du Pr. Alpha Condé. Et il est encore et toujours dans l’euphorie de la célébration de la chute brutale de ce dernier, qui a voulu le contraindre à mettre définitivement la clef sous le paillasson. «… il y’a beaucoup de débats autour de la transition en Guinée», révèle le chef de file des démocrates pour l’espoir lors de l’Assemblée Générale de sa formation politique, ce samedi 3 avril, tout en poursuivant : «Il y a même des personnes qui se sentent complètement perdues. Ils disent qu’ils ne voient plus rien. Bien sûr qu’ils ne voient plus rien parce qu’ils sont aveugles. Un aveugle ne peut pas voir. Sinon pour celui qui sait voir, entendre et écouter : il sait aujourd’hui que la Guinée est sur une bonne voie. Le  (dimanche) 5 septembre 2021, les jeunes militaires ont mis à la plus grande dictature que la Guinée ait connue. Car cette dictature n’était pas seulement politique, mais plutôt le pillage organisé dans ce pays. Donc le coup d’Etat nous a libérés. Il a libéré l’ensemble du peuple de Guinée». Et de jeter à la figure des détracteurs des membres du CNRD (Comité National du Rassemblement pour le Développement) : « … nous n’allons pas oublier ce qui a été fait (le dimanche 5 septembre 2021). Une manière maligne de rappeler pour ceux et celles qui l’auraient déjà oublié. Tant mieux pour le Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition, qui pourrait désormais compter sur ce nouvel allié de taille. Ses propos ne vont pas plaire à certains  leaders politiques, qui ne demandent qu’un cadre de dialogue politique avec le CNRD

Hadja Fanta Touré