Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Guinée : Durée de la transition, des Guinéens emboitent le pas au Cardinal Robert Sarah !

La transition est au cœur des débats en Guinée. Sa durée est de plus en plus évoquée par les Guinéens dans les médias et autres lieux publics du pays. Pour une fois, les Guinéens sont sur la même longueur d’onde sans dire expressément la même durée de la transition. Le religieux dit de prendre « le temps qu’il faut … » et les deux autres fixent une durée de temps. Les deux autres disent sans ambages que le délai de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) n’est pas « réaliste » 

«Un délai de six (6) mois (proposé par la CEDEAO n’est pas réaliste. Un délai de six (6) mois,  ça serait même contreproductif dans le sens de la stabilité de notre pays. Parce que ce serait précipité la Guinée dans le gouffre. Au lieu d’avoir la paix et une transition réussie, on mettrait le feu aux poudres au risque d’embraser toute la région. Ce qu’il faut aujourd’hui, il faut que les Chefs d’Etat agissent avec sérénité et sagesse pour considérer le cas guinéen comme une école permettant d’engager une transition qui puisse être un modèle de réussite pour les autres pays», s’est exprimé Bah Oury, Président de l’UDRG (Union des Démocrates pour la Renaissance et de la Guinée) dans l’émission «Les Grandes Gueules» d’Espace TV avant de se justifier  tout en proposant une durée de la transition en ces termes : «Parce que nous avons besoin d’une constitution revisitée et adoptée par voie référendaire. Parce que nous avons besoin d’un système électoral fiable, parce que pendant les dix (10) années de gouvernance de Mr. Alpha Condé, le fichier électoral a été le facteur, qui a amené tous les problèmes politiques : les morts, les destructions, les crises … donc il faut que nous prenions en compte ces deux dimensions : instabilité institutionnelle et mise en place des instruments permettant d’avoir des élections transparentes, crédibles … A la lumière des expériences antérieures, vingt-quatre (24) mois est un temps optimal pour nous permettre de faire correctement les choses avec un accompagnement de la communauté internationale de manière efficace et concertée… ». 

«Deux (2) ans, c’est raisonnable… »

Un avis partagé par Mohamed Chérif Abdallah Haïdara, Président du GOHA (Groupe Organisé des Hommes d’Affaires. «Deux (2) ans, c’est raisonnable, ça  peut les permettre de mettre les choses sur les rails. On va les laisser bien travailler et puis  organiser une bonne élection crédible, transparente. Que le meilleur gagne. Si le meilleur gagne une bonne élection transparente, il n’y aura jamais de problèmes dans ce pays», a-t-il déclaré chez nos confrères de Mediaguinée.

«Prenez le temps qu’il faut pour …»

 Le Cardinal Robert Sarah, qui a adressé un courrier au Colonel Mamady Doumbouya, Président du CNRD (Comité National du Rassemblement et du Développement), a dit au nouvel homme fort du pays  « Prenez le temps … » Dans cette missive, le religieux a égrené le chapelet des maux dont souffre la Guinée du fait de ses hommes politiques. « … Le redressement et le développement que vous voulez initier ne pourra jamais voir le jour, si vous ne changez pas radicalement l’ambiance et l’environnement du gouvernement guinéen (…) Prenez le temps qu’il faut pour la réflexion, l’analyse, la concertation et l’action vraie juste enfin d’éviter les erreurs du passé (…) Résistez avec fermeté, sagesse et intelligence aux pressions de ceux dont la seule préoccupation est de voir des processus politiques mis en œuvre le plus rapidement possible pour leurs intérêts inavoués et au détriment des populations guinéennes»

El Madios Ben Chérif