Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits
grouspscolaire

Guinée – Mise en place du CNT, le CNRD accuse un retard et accuse les politiques : Une situation diversement appréciée par des Guinéens

Le Colonel Mamadi Doumbouya, Président de la Transition et du CNRD (Comité National du Rassemblement pour le Développement), la junte au pouvoir en République de Guinée, a ouvertement et vertement accusé les leaders politiques du retard accusé dans la mise place du CNT (Conseil National de la Transition) certes, mais nombreux sont les Guinéens qui accusent le CNRD de traîner encore et encore les pieds dans la mise en place dudit CNT. Notre reporter a rencontré des compatriotes du Colonel – Président Doumbouya. Et ces derniers apprécient différemment cette situation.

«Le CNRD a accusé du retard dans la mise en place du CNT. Du dimanche 05 septembre 2021 à nos jours, le peuple (de Guinée) devrait être orienté, car aujourd’hui, nous sommes totalement déboussolés par rapport au retour à l’ordre constitutionnel. Certes, ils veulent résoudre tous les problèmes de la Guinée, mais c’est impossible, ils doivent le savoir dès maintenant», martèle Thierno Aliou Boiro tout en laissant entendre : «Le peuple a besoin  du retour à un Etat de droit. Donc mettez en place le CNT afin d’organiser les (différentes) élections notamment les présidentielles libres, crédibles et transparentes dans la paix et la quiétude sociales. C’est le rôle régalien du CNRD et de son gouvernement de transition». 

«Donnons le temps qu’il faut au CNRD … »

Contrairement à l’étudiant Thierno Aliou Boiro, Mohamed Kallo soutient le CNRD et souligne sans ambages l’importance de la mise en place du CNT : «Mettre en place le CNT reste une étape importante durant une transition. Que nos compatriotes sachent que nous ne pouvons pas trouver des solutions appropriées à nos problèmes (politiques, économiques et sociales) en trois (3) ni (6) mois. Donc, personnellement, je dirai de donner le temps qu’il faut au CNRD pour la mise en place du CNT. Nous ne devons accepter ni la pression de nos différents partis politiques, ni l’interférence d’une institution sous-régionale encore moins celle des Institutions internationales». Et Ibrahima Loua abonde dans le même sens et conseille les uns et les autres : «Aller lentement pour arriver sûrement ! Le CNT devrait être mis en place (depuis), mais les différentes candidatures reçues et enregistrées par le MATD (Ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation) étaient plus que le nombre demandé. Il a reçu plus de 700 candidatures (exactement 706 candidatures, selon le Colonel Mamadi Doumbouya). C’est énorme ça !» Oui, c’est vraiment énorme pour 81 sièges seulement, à occuper CNT. Et pour cause, le Colonel – Président Doumbouya a demandé aux politiques d’aller s’entendre et revenir uniquement avec 15 noms pour les 15 sièges attribués aux partis politiques.

Abdoulaye Baldé