Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits
grouspscolaire

Guinée, Récupération des biens de l’Etat : A propos des Cases de Belle vue (Dramane Diawara)

Tout d’abord, le terrain sur lequel Sékou Touré a construit les Cases de belle vue a été acheté par lui vers la fin de l’année 1956 après son élection en tant que député à l’Assemblée nationale française le 2 janvier 1956.

Nous étions sous le régime colonial français.

Or, la loi de 1905 consacre en France la séparation de l’Église et de l’État. Si l’Église estime que c’est sa propriété qui a été occupée, c’est à elle d’ester en justice contre un individu (Sékou Touré).

L’État n’est pas partie prenante. Ça relève du droit privé.

Une propriété foncière de l’église ne peut pas être celle de l’État (sous régime français).

Le site des Cases Belle vue n’a jamais été un domaine privé de l’État, ni à l’époque coloniale, ni après l’indépendance.

Dramane Diawara, PDG SyliCulture