Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Mauritanie : Discours du 28 Novembre du President Ghazouani, radioscopie !

J’ai lu le discours d’anniversaire du Président de la république.. J’avoue être resté sur ma faim, une fois de plus. J’attendais quelque chose de solennel, de grande portée qui ressemblerait à une annonce qui pose une vision… J’avais espéré un discours du genre, je vous ai compris : ‘’ je reconnais qu’une minorité accapare les ressources et les richesses nationales au détriment de la majorité qui souffre ; je vous promets d’y mettre fin ! Je perçois à sa juste mesure la gravité de la tension sociale et de la fracture dans notre vivre-ensemble ; je m’engage à y faire face, résolument, afin que chaque communauté, chaque citoyen se sente pleinement mauritanien. Je m’engage à mettre fin tant aux pratiques népotistes qu’au désordre général et à l’impunité.  Plus jamais des jeunes, des hommes et des femmes ne se verront molestés parce qu’ils ont manifesté, pacifiquement, pour réclamer leurs droits ’’ .Voilà ce que j’aurais aimé entendre.

Mais rien de tout cela. Rien sur la question des terres -objet de tensions vives-, rien sur l’esclavage traitée avec complaisance, rien sur la souffrance des populations qui croît chaque jour que Dieu fait. A la place, un bilan sans épaisseur ni couleur, presque chétif, décliné, comme par excuses, apparaissant, sur bien des plans, sous forme de vœux ou de promesses. Des réalisations plutôt sociales, des perspectives dressées, certes, mais abordées d’une manière décousue, portant sur des aspects sectoriels, sans lien…

Je crois, pour ma part, que le Président passe à côté de l’essentiel … Même sur les dossiers qu’il aborde frontalement, telle la lutte contre la corruption, il y a à redire… Ainsi parle-t-il ‘’ d’instaurer la bonne gouvernance et de lutter contre la corruption’’. Notez la conjonction de coordination ….qui laisse supposer que le rapport, profond, entre les deux termes semble échapper …Il parle de cette lutte contre la corruption sans le ton de fermeté nécessaire et pire, réduit la portée de la mesure par un mauvais message envoyé simultanément : ‘’il ne faut pas transformer cette lutte contre la corruption en un règlement de comptes’’. C’est la brèche ouverte qui tempère non seulement la portée de la décision que les filous ne manqueront pas d’exploiter, à fond, pour se protéger, mais qui, surtout , risque de gêner les limiers , scrupuleux ou frileux de se voir accusés de partis pris … Bref, la mesure donne l’impression d’être prise, juste pour faire semblant , comme d’habitude , mais sans grande conviction …

Au juste, pendant qu’on y est, pour convaincre les sceptiques et rassurer sur le sérieux de l’intention, pourquoi ne commencerait-on pas tout de suite avec ce qui est avéré, dans un passé récent, être de l’argent blanchi, massivement, ou issu de corruption ou de détournement des deniers publics ? Qu’est- ce qui empêche l’exploitation immédiate des derniers rapports de la Cour des Comptes ?

Parce qu’il manque de vision d’ensemble , le Président se trompe manifestement de diagnostic sur bien des secteurs … Ainsi, ce n’est pas tant l’indépendance judiciaire qui est en cause, que le matériau ; Ce qui est en cause c’est le manque de sérieux dans ce que nous faisons , le goût, perdu, du travail lui-même et du besoin d’ordre, l’absence de scrupules de conscience torturée, c’est tout cela qui a déserté nos administrations ! Il ne perçoit pas, toujours, que c’est le tout qui s’est écroulé, dont le secteur Judiciaire, de la Santé et de l’Education. C’est l’Etat, lui-même, qui est devenu déliquescent ou qui n’existe plus, pour reprendre Isselmou . Il perd de vue qu’il faut, pour redresser les choses, redresser tout l’ensemble en même temps …sinon c’est peine perdue !

Je note, enfin, dans ce discours que le Président est, à nouveau, revenu sur le climat d’apaisement ayant prévalu et permis la gestation de l’initiative pour des concertations ; ce climat s’est manifestement évanoui maintenant avec la série de répressions de ces derniers temps qui se sont abattu sur des manifestants pacifiques.

Il qualifie ce ‘’dialogue’’ en perspective d’inclusif et sans tabou, mais passe sous silence, à nouveau, le sort réservé aux conclusions qui en découleraient. Omission importante pour ne pas dire capitale qui, pour se répéter, fait tout de même tiquer…

 Samba Thiam

29 novembre 2021.