Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits
grouspscolaire

RD Congo : Zoé Kabila, un frère de l’ex-président, convoqué à l’Agence nationale de renseignements (ANR)

RFI Afrique – L’actualité est marquée par l’interdiction de voyage de Zoé Kabila, jeune frère de l’ancien président Joseph Kabila. Son passeport lui a été confisqué brièvement.

L’ancien gouverneur de la province de Tanganyika n’a pas commenté cet incident qui se déroule dans un contexte marqué par l’arrestation depuis une semaine de Francois Beya, le conseiller spécial de Félix Tshisekedi en matière de sécurité.

La scène se déroule dans la nuit de mercredi à jeudi à l’aéroport de Ndjili, à Kinshasa. Zoé Kabila s’apprête à prendre un vol régulier d’une compagnie aérienne sud-africaine lorsque la Direction générale des migrations lui interdit d’embarquer. Il ne proteste pas. Selon les témoins, tout s’est passé dans le calme.

L’ordre, dit la DGM, serait venu de l’administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR), et pour récupérer son passeport Zoé Kabila a dû se rendre dans les locaux de l’ANR, où il s’est entretenu en tête-à-tête, dès jeudi, avec le numéro un des services des renseignement.

Rien n’a fuité jusque-là de leurs échanges, mais les proches de Zoé Kabila affirment que les discussions n’ont pas porté sur la récente arrestation de François Beya, le conseiller spécial en matière de sécurité de Félix Tshisekedi, contrairement aux rumeurs qui fleurissent sur Internet.

Zoé Kabila aurait déclaré à l’administrateur général de l’Agence nationale de renseignements qu’il se déplaçait à Johannesburg pour rendre visite à sa femme et ses enfants qui s’y trouvent depuis près d’un mois. Lui-même est également inscrit dans un programme de master en Afrique du Sud.

Pour l’heure, aucun commentaire public sur cette affaire, ni de la part du principal intéressé, ni de ses proches.

En tout cas, c’est la deuxième fois que l’ancien gouverneur est inquiété depuis la fin de la coalition FCC-Cach. Fin octobre 2020, les services de sécurité avait fait irruption dans l’une de ses propriétés dans le centre-ville de Kinshasa, tentant de chasser les occupants. Dans un contexte de rupture avec l’actuel pouvoir, nombre des anciens dignitaires de l’ère Kabila disent ne pas comprendre ce que les dirigeants actuels préparent.

Les membres de la famille Kabila font quant à eux profil bas, ils sont très peu actifs dans les débats politiques actuels.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Patient Ligodi