Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits
grouspscolaire

Réconcilier deux pays : Tiken Jah Facoly emboîte le pas à Sory Kandia

Farafinainfo.com – Actualités Sociopolitiques de la Sous Région – Les 49 soldats ivoiriens, qui sont arrêtés à l’Aéroport de Bamako par les autorités militaires de la République du Mali, n’ont toujours pas recouvré leurs libertés. Une affaire politico-militaire qui est en train d’inquiéter plus d’un dans la sous-région dont Tiken Jah Facoly, qui s’est prononcé sur cette affaire sur sa page Facebook.

«Je voudrais, aujourd’hui, m’exprimer sur la situation entre le Mal et la Côte d’ivoire. Vous savez que  je suis ivoirien d’origine et Malien d’adoption. Donc, c’est comme si ma mère et mon père sont en palabre. Moi, c’est ce qu’on m’appris  en tant que Malinké. Quand mes parents sont en palabre, comme ça, je n’ai rien à dire. Je ne peux qu’observer ou aller voir des gens, qui viennent intervenir. Et c’est ce que j’ai fait. C’est pourquoi, j’ai mis du temps à parler, parce que j’essayais de donner des coups de fil, voir comment, je peux apporter ma modeste contribution à l’apaisement de cette situation». C’est ainsi que le reggaeman ivoirien a entamé son allocution tout en martelant : «Il faut laisser les politiciens dans leurs calculs de politiciens. Il faut laisser les dirigeants dans leurs calculs. Il y a des jeux souvent même, on n’est pas au courant. Il faut éviter que la population ne soit touchée par cette situation. Et c’est ce qui est en train d’arriver aujourd’hui. Malheureusement, avec l’interdiction de concerts de certains artistes (musiciens maliens en Côte d’ivoire, ndlr), avec le feu qu’il y a sur les réseaux sociaux. Donc, nous devons faire attention absolument à ce qu’il n’ y ait pas de problème entre le Mali et la Côte d’ivoire»

Tiken Jah marche sur les pas de Sory Kandia 

El Hadj Ibrahima Sory Kandia Kouyaté est l’un des rares artistes -musiciens africains avoir scellé la réconciliation entre deux pays frontaliers : le Mali et le Burkina Faso lors d’un conflit frontalier opposant ces deux pays frères en 1974 : les Présidents Moussa Traoré du Mali et Sangoulé Lamizana de la Haute Volta, qui est devenue Burkina Faso sous le règne du Capitaine Thomas Sankara. Et cette intervention brillante de Facoly ne peut que rappeler celle du père de Sékouba Kandia Kouyaté. Autant dire alors que l’artiste-musicien ivoirien n’a fait qu’emboîter le pas à El Hadj Ibrahima Sory Kandia Kouyaté en faisant cette sortie médiatique pour pouvoir réconcilier le Colonel Assimi Goïta du Mali et Alassane Ouattara de la Côte d’ivoire. Et pour le rappeler, si besoin est, que le rôle d’un artiste n’est pas seulement de composer des chansons ou faire chanter le monde  (entier). Il a aussi le rôle de médiateur, de réconciliateur et d’éducateur etc.  Un confrère dira de Sory Kandia Kouyaté : « … Il y avait aussi les mots dont un seul locuteur de langue mandingue peut savourer la subtilité mais qui, pour beaucoup, faisait de Sory Kandia Kouyaté un maître es louanges. Sa science du verbe était telle qu’il pouvait dans une chanson comparer l’un de ses bienfaiteurs à Alexandre le Grand sans passer pour vil flatteur, et recevoir une récompense proportionnelle tant à l’audace de l’éloge qu’à l’exceptionnelle qualité de sa formation (…) N’avait-il pas réussi quelques temps auparavant à réconcilier le Président Moussa Traoré du Mali et son homologue de Haute Volta (aujourd’hui Burkina Faso) Sangoulé Lamizana, dont les pays étaient en guerre ? Qu’un griot mette fin à une querelle de voisinage, c’est banal. Mais une guerre… »

Abdoulaye Baldé