Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Transition en Guinée, Bah Oury : «A partir du moment où, certains disent que le CNRD est un danger pour eux, c’est une …»

Conakry, le 17 mai 2022, Bah Oury, ancien Ministre de la Réconciliation nationale et président de l’UDRG (Union  des Démocrates pour la Renaissance de Guinée), était, ce lundi 16 mai 2022, de l’émission «On refait le monde» de nos confrères de Djoma TV pour passer en revue l’actualité guinéenne

«Lorsqu’on est en politique, il ne faut pas dire qu’on peut avoir … »

L’interdiction de toutes manifestations par le CNRD  (Comité National du Rassemblement pour le Développement) ? L’ancien vice-président de l’UFDG (Union des Forces Démocratiques de Guinée) a rappelé un passé récent : «Vous commencez par dire la position du CNRD, dans un espace politique où il y a des difficultés de susciter une capacité de rencontre, une capacité de médiation, une capacité de discussion entre partenaires, ça pose problèmes ! Et la classe politique guinéenne doit tirer les leçons de son histoire. Hier, nous avions un régime qui était fermé à toutes capacités de discussion et de dialogue de manière sérieuse. Aujourd’hui, il y a une disponibilité d’espace, qui peut permettre de se rencontrer, de discuter et de poser les problèmes» tout en rappelant à nos confrères : «Je fais partie de la classe politique, Donc, dites une partie de la classe politique pour être juste. Il y a un cadre de concertations que nous avions demandé avant même que cela soit lancé pour permettre à l’ensemble de la classe politique et des forces vives de se retrouver avec le groupe dirigeant – CNRD et Gouvernement – pour envisager les différentes questions qui se posent aussi bien à la Transition qu’au pays. Il y a une décision qui a été prise de mettre en place un cadre de concertation. Lorsqu’on est en politique, il ne faut pas dire qu’on peut avoir tout ce que l’on demande.»

«… c’est une déclaration de guerre»

Poursuivant son argumentaire, Bah Oury a laissé entendre : «Si certains de la classe politique considèrent que le CNRD est un danger pour eux ? Çà c’est une prise de position qu’ils doivent assumer. Certains l’ont dit ! A partir du moment, vous dites que les responsables, qui gouvernent le pays, constituent des dangers pour vous. A partir du moment où certains disent que le CNRD est un danger pour eux, c’est une déclaration de guerre. Aujourd’hui quand vous déclarez quelque chose, il faut assumer la totalité de votre déclaration. A partir du moment vous vous adressez à un régime qui est d’essence militaire que c’est un danger. Attendez-vous à ce qu’ils aient des réactions disproportionnées par rapport à cela. C’est à ce niveau-là que le CNRD doit faire preuve de beaucoup plus d’intelligence et de sérénité pour ne pas tomber dans le piège…»

Hadja Saran Camara