Farafinainfo.com
Reporter, témoin des faits

Tribune: Monsieur le Président de la République, je vous prie de bien vouloir accepter la demande de Mme Kadiatou Sow, épouse d’Ismaël Condé !

Dans une courte vidéo de cinq (5) minutes, Madame Kadiatou Sow, épouse d’Ismaël Condé, en larmes, a humblement demandé avec la plus grande sagesse, au Président de la République, le Professeur Alpha Condé, d’accepter le pardon de son mari Ismaël Condé. Voilà la logique dans laquelle doit s’inscrire une femme en situation de détresse. A travers cette sortie, elle fait honneur à la gente féminine, car la femme n’est pas synonyme de violence.

En effet, contrairement à d’autres femmes se trouvant dans la même situation, qui pensent qu’en s’inscrivant dans la logique de violence, de chantage, de calomnies, elles parviendront à intimider un pouvoir fort de toutes les preuves palpables et irréfutables des accusations portées à l’encontre des personnes incriminées, en conflit avec la loi ,cette dame ,à travers son cri d’alarme, mérite de retenir l’attention des autorités judiciaires.

En plus de demander au Professeur Alpha Condé d’accéder aux doléances de son mari, Madame Kadiatou Sow, larmes aux yeux, s’est jointe à celui-ci pour demander à son tour pardon au Chef de l’Etat.

Moi aussi, je voudrais, à travers ce petit écrit, me joindre à Madame Kadiatou Sow pour vous demander, Monsieur le Président Alpha Condé, d’accepter le pardon d’Ismaël Condé qui, dans une lettre, vous a non seulement demandé pardon pour vous avoir offensé, mais aussi a présenté ses excuses au Peuple de Guinée pour son attitude indélicate.

Je suis persuadé que vous qui avez pu pardonner à vos bourreaux d’hier pour l’intérêt de la Nation guinéenne, qui avez toujours gracié des détenus, ferez parler de nouveau votre cœur en accordant la grâce à Monsieur Ismaël Condé en détention depuis plus de dix (10), pour avoir non seulement reconnu vous avoir offensé, demandé pardon et présenté des excuses au vaillant Peuple de Guinée. Demande de pardon appuyée aussi en larmes par son épouse rentrée des Etats-Unis.

Sayon Mara, Juriste