Portrait – Moussa Condé, un Guinéen hors norme !

259

Le champion natif de N’Zérékoré, qui s’est envolé pour l’Italie, continue de pratiquer son sport favori et de se faire un nom à l’international, et ce nonobstant le manque de soutien et de reconnaissance des autorités consulaires de Milan. Portrait d’un champion sportif guinéen hors norme !

Moussa Condé, qui est passionné des poids lourds, a très vite compris qu’il sera bodybuilder et fera carrière dans ce sport nonobstant son jeune âge et l’opposition farouche de ses parents. «Mes parents n’ont pas du tout aimé que je fasse ce sport et j’ai entendu beaucoup de paroles pour me décourager : les uns ne cessaient dire que je suis en train de déformer mon corps, les autres martelaient que je ferai mieux de me trouver un travail au lieu de soulever les poids», a révélé le bodybuilder, qui est né le 1er janvier 1996 à N’Zérékoré. Face son intransigeance de poursuivre son rêve d’enfant, ses géniteurs, qui ne pouvaient guère lui décourager, ont fini par accepter son choix en lui conseillant de «diminuer ses activités sportives»

Mieux vaut tard que jamais

Tout a commencé dans cette ville de la Guinée forestière en 2012. Et en 2014, Moussa Condé, qui était d’ores et déjà champion  du poids lourd de sa ville natale de N’Zérékoré, s’est envolé pour l’Italie. Comme en attestent les propos de Moussa Condé: «Fasciné par le sport du poids lourd, j’ai commencé mes premiers entraînements en 2012 jusqu’en fin 2014 avant de quitter pour l’Italie. J’étais déjà le champion du poids lourd de ma ville natale, et une fois en Italie en 2015, j’ai tardé de fréquenter les salles de sport, c’est seulement en 2018 que je me suis inscris à la Fédération Italienne (AINBB)». Un premier pas est fait, certes, mais le champion venu de la Guinée forestière doit se battre pour se faire une place au soleil italien. Cela passe incontestablement par des concours et beaucoup de sacrifices. «J’ai concouru comme athlète amateur guinéen. Par la grâce d’Allah, j’ai eu mon premier poste ! A la même année, j’ai participé à une compétition en Italie  pour la toute première fois, sur mes fonds propres au nom de la Guinée, même si je suis et reste encore méconnu par les autorités guinéennes et la population guinéenne», a souligné ce sportif fier de compétir sous le tricolore guinéen.

 Guinéen d’un jour, Guinéen pour toujours

Des propositions alléchantes ne manquent pas et viennent même de l’Italie, sa terre de séjour. Mais le patriotisme coule dans ses veines depuis sa tendre enfance. Et sa fierté d’être Guinéen n’a pas le prix. La preuve entre les lignes de cette révélation: «En 2019, lors du concours de démonstration, les Italiens ont souhaité que je compétisse sous les couleurs italiennes, mais l’esprit patriotisme me rappelait sans cesse que je ne pouvais que représenter mes couleurs guinéennes. La même année 2019, en tant qu’athlète guinéen, j’ai participé à ma deuxième compétition de la Fédération WNBF et remporté le trophée et la médaille d’Or par la grâce de Dieu. Cette victoire étant qualificative pour la compétition mondiale à New-York, mais pour faute de visa de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique en Italie, je n’ai pas pu prendre part à ladite compétition mondiale. Et pourtant, j’avais bel et bien reçu la lettre d’invitation  de la Fédération américaine de WNBF. Certes, j’ai raté cette compétition mondiale, mais je garde toujours ma dignité et ma fierté d’être Guinéen. Je continuerai à compétir au nom de la Guinée, mais le paradoxe est que je ne bénéficie aucun signe d’encouragement, ni soutien des autorités consulaires de la Guinée à Milan : j’y ai été pour les présenter mon trophée et tous mes documents sportifs». Ce, malgré, il ne désespère pas du tout et formule une demande, d’ailleurs: «Je voudrais que les autorités guinéennes fournissent tous les documents sportifs et de voyage nécessaires à mon manager, nous permettant (évidemment) de participer à toutes les compétitions sportives dans le monde. Je suis qualifié pour la compétition de Las Vegas dans le Nevada aux Etats-Unis d’Amérique, qui se déroulera le samedi 20 novembre 2021. J’ai déjà reçu l’invitation de la Fédération américaine VNBF organisatrice, mais pas encore mon visa sans quoi ma participation est compromise comme les précédentes fois.»

Ses fans enthousiasmés par ses performances

 

«Moussa Condé est un sportif que j’apprécie pour ses performances. Il est courageux et fort. Il est mon idole. Grâce à lui, j’ai découvert le bodybuilder. En Guinée, ce sport est pratiqué par des jeunes qui désirent devenir gardien des maisons ou garde-corps. Il fait vraiment la différence remportant des médailles et des trophées. C’est une fierté pour nous les Guinéens», s’est emballé Mory Cissé. Même son d’enthousiasme chez Mariette Bangoura: «J’aime bien le bodybuilding ! Nous avons beaucoup de jeunes, qui font ce sport, mais ils ne connaissent pas son avantage. Moi, j’aime et je soutiens Moussa Condé pour son courage». «Ce jeune (Moussa Condé) fait un truc de malade. Il fait ce sport chaque jour et se donne corps et âme. Vraiment, je ne peux pas faire ce qu’il fait : il est notre Rambo, je regarde ses vidéos chaque jour. Il est mon idole. Je lui tire le chapeau», s’est exprimé Abdoulaye Sylla

Odine Bitki

Facebook Comments
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.