Hadja Saran Daraba : l’une des dernières mémoires vivantes de notre vécu commun !

71

Au-delà du fait que Hadja Saran Daraba soit une bonne mère, elle est une maman, une véritable amazone résolue pour la défense de la vérité, notamment celle historique.

En effet, dans le souci permanent de restituer à la nouvelle génération les faits majeurs ayant marqué le parcours de notre pays, cette brave dame est sur tous les fronts. Partout où elle prend la parole, des questions relatives à la paix, à l’unité nationale, au mariage mixte, à la promotion des associations de jeunes tenant compte de la diversité, sont épluchées par elle pour dire aux jeunes combien de fois il est important de défendre ces valeurs dans notre société.

Mais, comme on le dit souvent chez nous ‘’on ne jette des pierres que sur un arbre qui porte des fruits.’’ Comprenons la position de ceux qui, par leur faiblesse d’esprit et par leur manque d’arguments solides, s’attaquent virulemment à cette dame dont le parcours élogieux force l’administration de tous.

Seuls les grands encaissent et pardonnent ; les petits esprits eux, restent toujours petits.

Moi personnellement, j’ai eu la chance de rencontrer plusieurs fois Hadja Saran Daraba dansdes grandes rencontres africaines. Ses prises de paroles, en plus de faire honneur à tout un continent, sont instructives pour les nouvelles générations.

À vrai dire, si toutes les personnes de sa génération faisaient comme elle, lumière serait faite sur toutes les zones de notre vécu commun. Malheureusement, des hommes de la trempe et de l’audace de cette brave dame se comptent du bout des doigts dans notre pays.

Apprendre à connaitre notre histoire pour permettre à nous les jeunes de dépasser les considérations subjectives pour le bien être de notre patrimoine commun, c’est cela le sens de la lutte de Hadja Saran Daraba. En clair, ses échanges et communications avec les différentes couches juvéniles dans les universités, écoles, cafés et grins visent un seul et unique objectif : prouver aux guinéens que le dialogue sur notre passé, sans animosité aucune, est bel et bien possible. Cet échange pour elle, constitue un passage obligé, si nous voulons mieux nous projeter dans l’avenir.

Lors d’une de sescommunications, Hadja Saran Daraba nous a dit, je cite :« Si nous avons été capables de pardonner l’esclavage et la colonisation, c’est que nous pouvons aussi,dans la justice réparatrice, nous pardonner entre nous. »

Son parcours ?

L’Ambassadrice Dr. Saran Daraba Kaba est la première femme à occuper le poste de Secrétaire générale de l’Union du Fleuve Mano en septembre 2011. De par sa riche expérience en tant que Ministre des Affaires Sociales, des enfants et de la promotion des femmes de la Guinée, elle dispose d’une parfaite connaissance des questions administratives ainsi que des affaires relatives aux droits des femmes. Elle se connait également dans le secteur privé et a pris part à de nombreuses négociations portant sur la paix au cours des 10 dernières années au sein du syndicat de ‘’Mano River’’ et de l’Afrique de l’Ouest. Aussi, elle a dirigé l’organisation de MARWOPNET.

Aucune nation ne doit demeurer dans l’abyssale de la haine et de la peur de l’autre du fait des agissements des hommes politiques. Nous, nouvelle génération,porterons haut le combat de Hadja Saran pour l’émancipation des femmes et des jeunes.Nous nous battrons pour un forum national sur la réhabilitation de la vérité historique comme elle nous l’a si bien recommandé un jour.

A cette longue liste d’usines, d’avions, de bateaux, d’imprimeries, d’usines de textiles, de montage de véhicule énumérée par Hadja dans cette vidéo qui est devenue virale sur la toile, il faut ajouter l’usine de fabrique des meubles, du parfum, de la conserverie, des grandes scieries…Malheureusement, dès la mort du père de l’indépendance de notre Pays, le Camarade Ahmed Sékou Touré, tous ces acquis ont été détruits tout comme si rien n’avait existé dans ce pays à part le camp Boiro.

Hadja Saran Daraba est dans la logique de mieux informer la jeunesse guinéenne sur ce qu’est la vraie histoire de ce pays. Quoi de plus normal !

Naturellement, cela ne peut plaire à des personnes de l’espèce de Bah Mamadou Lamine qui, par manque d’argument est tombé dans l’insolence, contre cette bonne dame dont le crime, si ce n’est un bien sûr, est d’avoir éloquemment parlé des acquis de la première République. Mais, comme on le dit souvent, il est très difficile de défendre le mensonge. C’est ce qui explique la virulence verbale de ce sexagénaire qui oublie que les faits historiques sont têtus. Enfin, chacun est ambassadeur de sa famille !

Le Président Ahmed Sékou Touré ne disait-il pas que :« Le mensonge n’existe que pour servir la vérité ; si le mensonge n’existait pas, personne ne pourrait connaître la vérité. La réaction existe pour instiller l’esprit progressiste à tous. Et ces agents de la 5è colonne, sans le savoir, encouragent le Peuple à continuer sa lutte quand bien même eux penseraient le décourager dans la poursuite de son combat libérateur. La déception qui est un élément négatif doit être reconvertie en source d’énergie nouvelle et de victoires nouvelles, car la Révolution veut de celui qui la pratique, comme exigence permanente, l’absolue confiance en l’homme, l’’absolue confiance en le Peuple. Et chaque fois que des hommes trahiront cette confiance, il faudra encore augmenter la dose de confiance en l’homme et en le Peuple. Tel est le postulat de la Révolution. »

Bref, tout comme Hadja Saran Daraba, ne cédons pas devant la folie destructrice des promoteurs de la haine, ceux qui se plaisent dans la falsification de notre histoire, car le faire, ce serait renoncé à la lutte pour le meilleur de ce pays.

Hadja Saran Daraba ILA FOULEN !

A bon entendeur, salut !

Soninké DIANE

Entrepreneur-Engagé pour les Causes-

Citoyennes-Sociales-Développements.

Tel : 622 57 48 60

Facebook Comments
Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.